Le Mythe Bol d'Or



Bienvenue sur le site du Bol d'Or Club de France


                Si vous aussi vous êtes fan de cette moto mythique n'hésitez pas à nous rejoindre et profiter du savoir des "tauliers" du club et de tous les avantages liés au club.

Pour les nostalgique, anciens, membres de la première heure, cliquez ici et retrouvez le premier site du club de 2002

La moto







Présentation
            Afin de renouer avec un large public, Soichiro Irimajiri et Honda, lance la CB900F Bol d'Or, et permet de finir la gamme Euro Style. Les 95 ch du nouveau moteur à double ACT, surpasse toute la concurrence du moment et va être un des plus beaux succès commerciaux de Honda.

(cliquez sur le model pour plus d'info et sur manuel pour le manuel d'atelier)

CB750F Bol d’Or (1979-1982) manuel



CB900F Bol d’Or (1979-1983) manuel




CB1100F Super Bol d'Or (1983-1984) manuel



CB1100R (1981-1983)





    










 Elle a été présentée au salon de la moto à Paris en octobre 1978 et son homologation est prononcée par le service des mines en décembre de la même année.
           Le modèle américain se contente de l’appellation CB 900 F Super Sport, plus classique, signe que la renommée de cette épreuve sportive d'endurance française n’a pas traversé l’Atlantique.
           Elle est commercialisée au printemps 1979.

Ce qui en fait un succès

            Par rapport à la CBX 1000, la Bol d'Or comme son nom l'indique, se place résolument dans la catégorie des sportives. Positionnement qu'elle affiche également vis-à-vis de la CB 750 KZ qui remplace la Honda CB 750 Four, première du nom.

            Le moteur de la CB 900 F Bol d'Or marque une vraie rupture avec la production de la décennie précédente.
             Si le moteur est toujours un 4 cylindres en ligne, il est désormais à double arbre à cames en tête et à 4 soupapes par cylindres. Il se révèle à la fois souple et puissant : la puissance arrive progressivement jusqu'à 5 000 tr/min, devient omniprésente jusqu'à 7 000 tr/min.

          La machine est facile à prendre en main et s'avère maniable.

          La ligne génte époque (Honda l'appelle 'l'Euro Style') déjà en vogue sur les CB250N et CB400N.érale est dans le style de cet

         La finition est dans l'ensemble bonne, avec clef de contact et starter au guidon. Le tableau de bord ressemble à s'y méprendre à celui de la CBX 1000, mais sans voltmètre.

          La CB 900 F Bol d'Or va subir plusieurs évolutions dans sa vie dont la plus marquante esthétiquement sera l'adoption d'un carénage (sur les modèles F2B et F2C) à l'image de la CBX 1000 Prolink. Les versions carénées sont produites en parallèles des modèles basiques.

          Mais le Bol d'or est aussi (et excusez du peu) la bécane de Freddy Spencer!!!

Né le 20 décembre 1961, à Shreveport, Louisiane, Freddie Spencer, surnommé « Fast Freddie » est initié très tôt par son père (fan de Triumph) et ses frères à la moto, qui devient une véritable vocation pour lui. À l’âge de cinq ans, il débute sa carrière motocycliste en short track et en dirt track, disciplines dans lesquelles il connaît rapidement le succès. A quinze ans, il bat Gary Nixon, félicité d’ailleurs ce jour par Erv Kanemoto, que Freddie retrouvera plus tard. En 1978, alors qu’il n’a que 16 ans, il s’adjuge le championnat AMA 250 en catégorie Novice, remportant les 12 épreuves au calendrier sur une moto qu’il a adorée, la Yamaha TZ 250. En 1979, il est champion en catégorie Expert, en gagnant toutes les courses, sauf une qu’il termine second.
        Mais c’est l’année suivante, alors qu’il dispute le championnat Superbike de l’AMA, que Spencer se fait remarquer par les pontes de chez Honda, en remportant, pour ses débuts en Europe, deux manches du match Anglo-américain (Match Races) devant Kenny Roberts et Barry Sheene, les stars de l’époque.
Sur la CB 750 en AMA Superbike en 1980.
Sur la CB 750 en AMA Superbike en 1980.
Il dispute en 1980 (où il court son premier GP 500 sur une Yamaha TZ 500 au GP de Belgique) et 1981 le championnat AMA Superbike au guidon de la superbe CB 750 F. Une moto sérieusement « tapée » (probablement un peu trop…), dont le moteur avait vu sa puissance doublée, à 130 ch. Elle cassait régulièrement. La CB était préparée par Honda USA, un travail supervisé par l’ingénieur Ray Plumb, qui avait augmenté le diamètre des soupapes, fait faire des arbres à cames spéciaux, préparé un cadre « particulier » avec un angle de colonne plus ouvert pour améliorer la stabilité… Une moto qui faisait jaser dans le paddock sur ses approximations avec le règlement.
En 1981, l’usine Honda, absente des championnats du monde de vitesse moto depuis 1967, annonce son grand retour à la compétition et engage le jeune Freddie Spencer, plus que prometteur. C’est le début de la légende.
Kenny Roberts devant Freddie Spencer et Barry Sheene en 1982. Spencer fut le pilote de transition entre la période Sheene/Roberts puis les futurs Rainey, Gardner, Schwantz, Sarron...
Kenny Roberts devant Freddie Spencer et Barry Sheene en 1982. Spencer fut le pilote de transition entre la période Sheene/Roberts puis les futurs Rainey, Gardner, Schwantz, Sarron…
En 1982, Spencer participe à l’intégralité du Championnat du Monde et termine troisième au classement général derrière Franco Uncini, qui remporte le titre pour Suzuki et Graeme Crosby, sur Yamaha, mais surtout devant Kenny Roberts, également sur Yamaha. Le 4 juillet de cette même année, date de la fête nationale américaine, à Spa, en Belgique, Spencer devient le plus jeune vainqueur d’un GP500, un record qui a tenu 31 ans, jusqu’à la victoire de Marc Marquez à Austin en 2013.

           La production de cette moto s'arrête en 1983.

       Cette lignée sera remplacée désormais par des machines à moteur V4 dénommé dans un premier temps VF.